Formation création de contenu et gestion des réseaux sociaux

Au delà du fait de simplement partager leur locaux, les sociétés Athlete 2.0 et Peignée Verticale créent des synergies afin de faire émerger de nouveaux projets et idées. C’est ainsi qu’est apparue l’idée de proposer une formation commune sur la création de contenu et la gestion des réseaux sociaux.

Retour sur la journée du mardi 13 juin en compagnie des a thlètes présents à cette occasion : Christophe Dumarest (alpiniste et guide), Julien Chorier (ultra traileur), François Bailly Maitre (enduriste VTT), Guilhem Lacaze (instagrameur et responsable marketing digital) ainsi que les triathlètes Thomas Leboucher, Gwenael Ouillères et Emma Bilham.

C’ est aux alentours de 8h30 que les premiers invités sont arrivés. L’ occasion de faire connaissance entre eux autour d’ un café, de croissants et de jus de fruits frais. Le fondateur de Peignée Verticale, Timothée Nalet, en profite pour faire un portrait de chacun des athlètes.

La journée de formation est introduite par Aurélien Colin, créateur d’ Athlète 2.0. Il explique rapidement la part importante que la communication occupe de nos jours pour les athlètes professionnels. Ses propos font réagir Christophe Dumarest :
« Nous les athlètes, nous sommes là pour faire notre sport. La communication est un métier à part, et dans certains cas on peut quasiment se retrouver au service du marketing d’ une marque ».
Selon Aurélien « il est nécessaire de bien choisir ses partenaires, c’ est un élément important dans une carrière, dans le sens où l’ athlète doit se retrouver dans l’ image de la marque et créer une relation qui va au delà d’ un soutien matériel et/ou financier ».

Julien Chorier ajoute à cela « Il y a dix ans, faire des bons résultats suffisaient pour attirer les sponsors. De nos jours ça ne suffit plus, si on fait des bons résultats, mais que l’on n’est pas présent sur les réseaux sociaux et autres supports de communication, les marques ne s’intéressent plus à nous. À l’inverse, un athlète amateur qui communique bien est un élément intéressant pour les marques ». L’image occupe une place de plus en plus importante à l’instar des records, capacités physiques de l’athlète ou exploits. C’est là qu’Aurélien intervient en expliquant que même en étant un « montagnard » et loin de tout les clichés de communication, il est important de rester authentique et de se construire une image sur la durée, plutôt que de jouer un rôle au risque que les gens s’en lassent.

La première partie de la journée est animée par Timothée et orientée sur les techniques de création de contenu. Il prend le temps de donner des conseils pour faire de belles photos grâce aux règles de base. Il met également l’accent sur le fait que la photo qui vient d’être prise doit servir à quelque chose et raconter une histoire au travers d’émotions. Il égaie la curiosité et le sens créatif des athlètes lors de la prise de photo à travers des questions comme « Qu’est ce que je veux raconter dans ma photo ? », « Qu’est-ce que ma photo veut dire ? ». Tout un art !

Antoine Lemay, vidéaste et monteur chez Peignée Verticale, prend le relais pour nous parler des retouches images en moins de cinq minutes, mais aussi de petites astuces pour faire de belles vidéos simplement à l’aide de notre smartphone. Ce dernier lance un défi aux athlètes : prendre une photo d’action, et une photo d’ambiance au fil de la journée puis la poster sur les réseaux sociaux.

 En milieu de matinée, toute l’équipe embarque en voiture direction le sommet du Semnoz.

Timothée commence par expliquer qu’il n’est pas nécessaire d’être entouré d’un environnement exceptionnel (ceci dit, la vue sur le Mont-Blanc et les sommets d’Annecy  est magnifique !) pour pouvoir faire une photo « qui parle ».

Il fait une photo de chaque athlète en action en expliquant ses choix, et en insistant sur le fait que ça ne prend pas forcément de temps. C’est le moment de mettre tous les conseils en application pour les athlètes.

 Il fait une photo de chaque athlète en action en expliquant ses choix, et en insistant sur le fait que ça ne prend pas forcément de temps. C’est le moment de mettre tous les conseils en application pour les athlètes.

Ils se mettent par équipe de deux, l’idée étant de travailler son œil et son imagination en prenant son coéquipier en photo. Timothée et Antoine font le tour des groupes, regardent les photos prises et aident à les améliorer. Parfois il suffit à peine de changer de place où d’angle pour que la photo ai complètement un autre rendu.

Cet atelier se termine par une séquence au drone de tous les athlètes en action. Pour profiter de la belle vue et du sommet du Semnoz, le repas du midi est prévu au restaurant « Le Rocher Blanc ». Il est temps de recharger les batteries !

De retour dans les locaux d’Athlète 2.0 et Peignée Verticale sur Annecy, c’est cette fois-ci Aurélien qui prend la parole pour parler de la bonne pratique des réseaux sociaux afin de savoir comment structurer et utiliser son contenu. Il aborde des sujets tels que les conseils pour publier, les attentes du consommateur, savoir quel réseau utiliser en fonction du contenu que l’on a, etc… François Bailly Maître intervient « Sur Instagram, j’ai en moyenne 200 à 250 likes par publication. Une fois j’ai fait un post qui a eu 1000 likes, alors qu’il me paraissait « basique ».

Une raison à cela ? « Les consommateurs aiment les photos authentiques, prises en direct à tels événements sportifs et à tels endroits. Plus la photo est « vraie » en terme de contenu et de moment de diffusion, mieux elle est référencée, surtout si on utilise les tags et les hashtags pertinents » explique Guillaume Lacaze. L’heure tourne, et il est déjà temps de clôturer la journée de formation.

Cette journée fut riche en échange autour de notions théoriques et de la mise en pratique pour les athlètes, dans un univers qui n’est à la base pas le leur, mais qu’ils s’approprient petit à petit, chacun à leur niveau.

No Comments

Leave a Comment: